Encore un incendie d’origine électrique dans une usine du SIAAP

Après l’incendie qui a touché l’usine Seine Aval d’Achères en juillet 2019, c’est aujourd’hui dans celle de Colombes qu’un grave incendie s’est déclaré, nécessitant l’intervention d’importants effectifs de pompier dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 avril.



Le SIAAP aura attendu 13 jours pour s’exprimer dans un communiqué. On apprend ainsi qu’un condensateur électrique s’est enflammé et a provoqué le démarrage de l’incendie qui rend inapte à son fonctionnement le traitement des eaux de Seine Centre.


Ces eaux usées ont été détournées vers l'usine de Seine Aval et 400 000 m3 d’eau polluée qui n’avaient reçus qu’un pré traitement ont été déversés dans la Seine.

L’exploitant du site et la préfecture de Saint Germain en Laye sont très inquiets pour la période de l’été durant laquelle de graves pollutions sont à prévoir si Colombes ne refonctionne pas.


Moins de 3 ans après la destruction totale des bâtiments de clarifoculation de l’usine Seine Aval, le scénario se reproduit donc.


Il serait temps que le SIAAP adopte les mesures de sécurité que le CAPUI, les mairies et les autres associations demandent à la Direction de mettre en place depuis des années et que l’audit de sécurité imposé par l’Etat sur Seine Aval préconise. Le Siaap est toujours dans l’incapacité de garantir la sécurité des riverains de l’ensemble de ses sites.


Alors que de plus en plus de produits chimiques extrêmement dangereux sont utilisés dans ces usines, et alors que de gigantesques cuves de Biogaz s’installent à l’usine Seine Aval d’Achères,

Quand le SIAAP va-t-il prendre en compte les enjeux de sécurité dans l’ensemble de ses usines ?

391 vues0 commentaire